• Mon manège à moi

    J'avance de peines en joies, de méprises en crises, de rires en larmes, de tendresse en détresse. Pas tout à fait cyclothimique, pas tout à fait borderline, sans doute un peu de tout ça à la fois, sans doute une fille comme les autres, au fond.

    J'avance, c'est déjà ça.

    Des lettres qui clignotent, signalant une apparition, me redonnent le sourire à des heures indues... D'autres lettres, fixes, immobiles, me rappellent que je l'ai perdu. Les paroles s'envolent, les écrits restent, et si mon coeur se réjouit à la lecture de certains historiques, il saignent souvent devant mes souvenirs numériques...

    J'avance, c'est déjà ça.

    Seulement, j'avance vers quoi, si personne ne m'attend au bout du chemin, si personne ne me tient la main ? 


  • Commentaires

    1
    Mardi 20 Mars 2007 à 09:11
    Reponse brutale
    Je crois pouvoir dire avec certitude vers quoi tu avances, vers quoi nous avançons tous, la mauvaise nouvelle c’est que la réponse est totalement inutile. Mais surtout, la seule vraie puissance est celle de la solitude : comment pourrais-tu espérer que d’autres te supportent si l’idée d’être seule avec toi-même te terrorise ?
    2
    Mardi 20 Mars 2007 à 09:23
    C'est si vrai...
    ... que j'en reste sans voix.
    3
    Mardi 20 Mars 2007 à 09:52
    Bon, désolé pour l’électrochoc
    C’est mon coté un peu sadique. Cela étant dit, je pense que ce qui fait la faiblesse de ton raisonnement c’est que tu ne poses pas la bonne question. Au lieu de « Vers quoi j’avance ? » il faut plutôt se demander « Où je suis ? », idéalement il faudrait même se le demander en permanence mais c’est évidemment impossible. Si la réponse est « Je suis bien. », autant ne pas trop bouger, sinon il faut détaler à toutes jambes. Quant à la question du « Qui ? » (pour t’attendre, te tenir la main), elle n’est certes pas anodine mais l’erreur c’est de l’appréhender sous le prisme du mythique « droit à l’amour ». L’amour n’est du à personne, il revient à ceux qui en ont le plus faim. Cultive ta faim d’amour et tu verras comme il est peu compliqué d’en obtenir ta raisonnable ration.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :