• Je me perds, je me noie, je mets à mal mon ego fatigué en me donnant à des hommes qui ne savent pas me recevoir, je feins l'étonnement quand je me fais avoir, je pleure et je vomis sur cette femme que je suis...

    Telle une camée en manque, je vais chercher ma dose d'amour dans les bas-fonds de la netosphère et je m'étonne de n'y trouver que la fange, que le noir, que le pire, quand moi, je voudrais le meilleur.

    Rien n'y fait, je ne t'oublie pas. 


    5 commentaires
  • Je ne suis pas morte. Ce qui ne tue pas rend plus fort, parait-il. Je n'y suis pas encore, mais on dit que le temps panse les blessures.

    Tu parles. A trop se bercer d'illusions, j'ai pris la réalité, froide, dure, inamovible, en pleine face.

    Et je suis encore sonnée... 


    2 commentaires
  • Pas de panique, pas la peine d'alerter la police... J'ai juste une attaque de nostalgie, quelques scuds de regrets et une grosse bombe à négativisons qui me sont tombés dessus.

    "Ta" faute. T'es toujours là, petit feu de toi, cendres encore rougeoyantes d'un amour perdu que je pourrais raviver, si tu me laissais la clef.

    Tu fais chier, tu sais... 


    7 commentaires
  • Y a des jours où je me dis que la photo fait des miracles et qu'avec la lumière adéquate, n'importe quel tocard peut avoir des faux-airs de Brad ou Antonio.

    Y a des jours où je me dis que la voix charmante au téléphone ne laisse pas présager du pire, et pourtant...

    Y a des jours où je me dis que je vais me faire nonne, tiens, puisque c'est comme ça.

    Mais je sais bien que ce serait la meilleure façon pour transformer un couvent en maison-close, et ma morale me l'interdit. 


    3 commentaires
  • Envie de prendre mes cliques et mes claques et m'enfuir, pas loin, juste là, au coin de la rue.

    Trouver un parc paisible, m'assoir dans l'herbe, un livre à la main, regarder passer les gens, sentir sous mes pieds nus la fraicheur de l'herbe jeune, et sourire en reconnaissant, au loin, une silhouette amie.

    Et puis me rouler dans l'herbe tendre sous les baisers qu'une bouche gourmande saurait me voler.

    Des envies de saison, en somme...

     

     


    4 commentaires