• Retour vers le futur

    Le 31 janvier 2005, j'écrivais celà :

    Je voudrais un homme ...

    ... doux et tendre qui saurait me faire vibrer d'un seul regard.
    ... qui saurait passer sa main sur ma nuque et m'attirer à lui pour m'embrasser.
    ... qui passerait son bras autour de mes épaules.
    ... qui me laisserait juste poser ma tête contre son torse.
    ... qui m'embrasserait le front en silence, comme un serment.

    Je voudrais un homme...

    ... qui saurait tout de moi.
    ... qui m'aimerait sans me juger, sans se méprendre.
    ... qui ne prendrait pas ma tendresse pour ce qu'elle n'est pas.
    ... qui verrait dans mon intérêt celui que je porte aux gens que j'aime.
    ... qui lirait dans mes 'je t'aime' des serments sans engagements.

    Je voudrais un homme...

    ... qui saurait que mots d'amour riment parfois avec maux d'amour.
    ... qui serait l'ami que j'ai perdu et l'amant qui me manque.
    ... qui saurait que la tendresse que je lui donne n'attend rien que tendresse en retour.
    ... qui n'attendrait rien de moi qu'il ne puisse me donner lui-même.
    ... qui comprendrait que de la même façon, je n'attend rien de lui.

    Je
    voudrais un complice, un confident, un frère, un amant, un ami, une
    oreille prête à tout entendre, une épaule sur laquelle me reposer. Un
    homme dont je saurais qu'il sera toujours là, quoi qu'il arrive, quoi
    que je fasse, qui que je sois, au fond.

    Je n'aurais rien à lui
    donner, pas d'avenir, pas de passé, pas de signes visibles du lien qui
    serait notre secret. Je ne pourrais rien lui promettre, si ce n'est
    d'être là, toujours, pour lui, comme il serait là, toujours, pour moi.

    Je
    ne pourrais lui donner que mes secrets, lui confier ceux que je cache
    aux autres, comme il me confierait ce que les autres ne voient pas de
    lui. Etre enfin moi avec lui, être enfin lui avec moi. Et repartir sans
    attaches, vers un autre, vers d'autres, quand le vent tournera, en
    sachant qu'il est là, mon ange gardien.

    Qui suis-je donc pour attendre de la vie qu'elle me donne cette chance ?

    J'ai eu cette chance. Ca ne me console pas vraiment... Mais je l'ai eue...


  • Commentaires

    1
    maozriubh
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 17:17
    oula
    ça fait beaucoup de chose quand même... on peut pas restreindre uniquement à "l'amant qui me manque" ? :)
    2
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 17:19
    J'suis désolée...
    ... Maoz, mais il était tout ça à la fois, donc ça doit être possible pour un seul homme :)
    3
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 17:56
    Bonjour ici...
    ...jé découvre et blogrolle (si tu le permets)...quant à cette chance que tu as eue, au moins elle te prouve que certains hommes sont capables de remplir les conditions nécessaires...ta route croisera sûrement de nouveau un tel complice, confident, frère, amant, ami, oreille, épaule....
    4
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 18:33
    Non mais
    j'ai déjà lu ça quelque part.. sourire... je te retrouve, ma mémoire me faisant parfois défaut, c'est l'artichaut qui m'a rappelé à toi !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :