• Nue

    Perdre jusqu'à sa pudeur, et se révéler face à lui, nue comme jamais, sans mensonge, sans faux-semblant, sans peur.

    N'être que soi, totalement, et se savoir acceptée telle quelle.

    Répondre à toutes les questions, ne rien omettre, tout oser.

    Et se voir belle dans ses yeux, toujours.  


    2 commentaires
  • J'ose dire, ce qui me plait, me fait, m'inspire.
    Tu oses faire, ce qui te chante, t'attire, te comble.
    Nous osons demander, essayer, découvrir, jouir.

    Nous osons être, au fond, ensemble, sans peur, sans limite.

    Et nos esprits branchés sur le même courant alternatif s'épousent à
    merveille quand il s'agit de plonger dans la vertigineuse étendue des
    possibles.


    votre commentaire
  • L'odeur du café au petit matin.
    Le feu qui brulait au fond de mon ventre.
    La laine de son caban où j'appuyais mon front.
    Le son de sa voix qui me berçait.
    Son bras fort autour de ma taille.
    Le roulis du train et la sérénité qui régnait entre nous malgrè la foule agitée tout autour.

    Je n'ai pas rêvé. Et cette sérénité ne me quitte pas.


    3 commentaires
  • Respirer le bonheur à pleins poumons, savourer chaque mot, chaque mail, chaque photo échangés. Ne pas penser à ces instants où je reste en apnée à ne pas vouloir envisager l'inexorable issue, quelle qu'elle soit.

    Sourire, à la vie, à cet homme, aux bras qu'il me tend, et jouir de chaque instant, une petite musique dans la tête, un sourire sur mes lèvres, des étoiles plein les yeux...


    votre commentaire
  • Trois ans plus tard, telle une reine déchue expatriée volontaire, me revoilà en Bloggland, pour déverser ici ce qui ne saurait être confié ailleurs.

    Je l'ai trouvé, l'homme idéal que j'avais décrit ici, celui qui serait à la fois un père, un frère, un mari, un amant, un confident. Je l'ai rencontré, l'homme aux épaules solides, au sourire confiant, aux gestes tendres, après l'avoir cherché en vain, après avoir cessé de croire à son existence.

    Je l'ai rencontré par hasard, séduit sans y croire, aimé sans le vouloir.

    Aujourd'hui, je découvre un partage, un échange, une complicité qui m'étaient inconnues, qui me semblaient impossibles. Aujourd'hui, j'aime, comme si c'était la première fois, un homme qui correspond à tous mes critères, qui coche toutes mes cases.

    Ainsi, je suis revenue. Avec les mêmes doutes, les mêmes questions, sur cette vie bien raisonnable que j'ai construite, sans rien laisser dépasser de ce qui me fait, en étant celle que l'on attend, là où on l'attend. MA vie, bâtie sur un anachronisme, un fantasme, une illusion.

    Me voilà donc au même point, à la différence près qu'aujourd'hui je suis plus forte que jamais, à mille lieux de celle que j'étais il y a 3 ans.

    Il s'agit maintenant de conserver l'équilibre, tel un funambule, le plus longtemps possible, en gardant à l'esprit que forcément, tôt ou tard, la corde cèdera sous mon poids et qu'il me faudra alors choisir de quel coté tomber.

    Comme le dirait si bien Little, on a pas le cul tiré des ronces...


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique